Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Découvrez tous les secrets de l'industrie des jeux de société en lisant ce livre !

A la découverte d'un auteur de jeux de société qui monte : Jean-Marc Courtil !

JeanMarcCourtil.jpg1- Jean-Marc Courtil, vous êtes l'auteur de jeux édités suivants : "Bobby Sitter", "La soupe à la Gertrude" et "Surprises!". Pourriez-vous nous expliquer comment vous êtes tombé dans la marmite de la création ?

 

Jean-Marc Courtil : Depuis toujours, j'aime créer...c'est un besoin physique tendance névrotique! lol!... Donc ayant toujours joué, je me suis intéressé tardivement à la création de jeux qui s'est avérée fatale pour le bon déroulement de mes soirées tranquilles à ne rien faire... donc je cogite souvent à tous mes moments de libre.

 

2- Quel est le bilan des ventes de vos trois jeux à l'heure actuelle ? (en nombre d'unités) Et comment expliquez-vous leurs succès respectifs ?

 

Jean-Marc Courtil : La soupe à Gertrude s'est très mal vendu sans doute pour différentes raisons bien que le travail de l'éditeur ait été très bien fait...disons qu'il n'était pas attendu de cette façon dans la gamme où il se trouve je pense....De plus, une vidéo catastrophique sur TricTrac ne lui a pas permis de prendre pied chez les joueurs avertis... mais j'aime toujours ce petit jeu chaotique sans prétention qui peut durer 5 minutes comme 15 min.

 

Mon autre jeu "Surprises" a eu un très bon accueil et se vend correctement, bien que le public familial (non joueur) trouve les règles un peu compliquées sans doute... il plait énormément si on prend le temps d'expliquer les règles. Il renouvelle agréablement les jeux de mémoire.

 

Enfin mon jeu "Bobby Sitter" quand à lui se porte très bien avec plus de 15000 boites vendues. C'est un jeu qui profite d'un énorme bouche à oreille et d'un boulot de distribution conséquent de la part de l'éditeur. Le truc rigolo vient de la version israelienne dont le cochon a disparu pour être remplacé par une poule... Lol!... Le succès de Bobby vient du fait qu'il est facile à expliquer et jouer et qu'il peut très bien se jouer entre adultes... mais là! on y risque quelques phalanges cassées....héhé!

 

 

 

3- Vous êtes l'auteur de nouveaux prototypes comme "Naja, la danse des serpents", "Canal Royal Cartes" ou bien encore "Alerte au feu". Pouvez-vous nous expliquer quelle est votre méthode pour contacter les éditeurs et leur faire essayer vos jeux ? Quelles sont les mécaniques sur lesquelles reposent ces jeux ?

 

naja.jpgJean-Marc Courtil : La démarche consiste essentiellement à cibler 2 ou 3 éditeurs pour qui le prototype correspondrait... ensuite reste à leur envoyer les règles et à les voir en VRAI de vrai pour nouer le contact et pour que le proto ne soit pas que virtuel..... Une fois ce contact établi, le jeu peut être amené à ressortir plus facilement d'une étagère de l'éditeur pour quelques tests qui valide ou invalide l'édition.... Le tout est, d'après moi, de sortir de la myriades de protos que les éditeurs reçoivent et n'ont pas toujours le temps de tester. De plus, le proto doit "vivre" avec des tests comme les protoludiques ou dans différents salons pour différentes raisons :  tester un public différent de ses testeurs, faire connaitre le jeu...tout cela dans l'optique de rendre le proto visible et de l'améliorer.

 

4- Petite question bête de prime abord, mais pas tant que cela finalement...l'univers actuel de l'édition est-il adapté à un auteur aussi prolifique que vous ? N'y aurait-il pas besoin de modifier certaines choses pour rendre le parcours du combattant d'un créateur un peu moins difficile ? (à savoir permettre aux gens de comprendre plus rapidement et plus facilement les règles de vos prototypes)

 

Jean-Marc Courtil : Merci pour le prolifique mais mon compte en banque ne connait pas ce mot encore......lol! Sinon il est vrai qu'il est difficile de caser un jeu dans ce bousculement incessant de nouveautés mais à partir du moment où on a passé la fierté névrotique de sortir son premier jeu, on s'attache moins à un jeu et on est donc moins déçu lorsqu'il se voit refusé par un éditeur donc il m'arrive de mettre de coté un jeu et de passer à un autre en attendant des jours meilleurs. Mais pour moi, c'est le plaisir de la création qui prime lorsqu'on jubile devant une supposée "excellente idée" qui ne survit même pas au premier test en solo souvent...lol!... L'édition est bien sûr le jackpot avec le plaisir narcissique de voir vivre sa création et de voir cet adultère entre l'auteur et l'éditeur aboutir à un beau bébé qui pour sûr ressemble avant tout au créateur! lol!

 

Jeuxyannick remercie Jean-Marc Courtil pour sa participation à ce blog. N'hésitez pas à retrouver toutes ses créations sur son site internet : Découvrir les jeux de Jean-Marc Courtil !

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :